top of page

L’allergie aux puces : la maladie cutanée la plus fréquente !

Dernière mise à jour : 16 févr. 2023

Pooky et Boogy vos petcoachs craignent beaucoup les puces... Et la gratouille !


Lors de la piqûre du chien ou du chat par les puces, celui-ci peut développer une allergie à leur salive. C’est ce que l’on appelle la dermatite par allergie aux piqûres de puces ou DAPP ou dermatite allergique à la salive de puce, DASP. Cela va se traduire par des démangeaisons très intenses, surtout en région lombaire et près de la queue avec l’apparition de plaies qui peuvent se surinfecter. Il s’agit de la dermatose la plus fréquente en France.

La DAPP se rencontre essentiellement au printemps et pendant l’été. Le prurit constant peut parfois être très violent. Les démangeaisons débutent le plus souvent à la base de la queue, puis s’étendent à la région dorso-lombaire, au périnée, aux cuisses et à l’abdomen.

Face à des démangeaisons, recherchez les puces ! Écartez les poils pour repérer les puces adultes (plus faciles dans les zones sans poils comme l’intérieur des cuisses par exemple) ou les excréments sous forme de petits grains noirs — le passage du peigne permet aussi de les visualiser. Les petits points noirs déposés sur une feuille de papier humide vont former une auréole rougeâtre. À savoir, très souvent, les puces sont introuvables et il y pourtant une DAPP.

Pour supprimer la cause de la DAAP, vous devez éradiquer les puces adultes sur l’animal et traiter aussi les formes immatures dans l’environnement, sous peine de réinfestation.


Une maladie de peau difficile à traiter

En cas de DAPP, le vétérinaire va mettre en place un traitement parfois assez lourd.

• Réduire les démangeaisons et désinfecter localement : Soins locaux (laits, lotions, sprays), avec une activité anti-démangeaisons, anti-inflammatoire et antiseptique sur les lésions locales. Des shampooings sont également utiles. Les corticoïdes locaux sont efficaces, mais tous sont sur prescription.

• Réduire le prurit par voie orale : plantes, acides gras oméga, antihistaminiques… et sur prescription des corticoïdes (déxaméthasone ou prednisolone), à employer avec prudence chez un animal âgé ou en mauvaise santé. Leur administration doit être limitée dans le temps. Il existe d’autres solutions sur prescription ou en injections. Autre solution : la désensibilisation (long et cher).

• Traitement antibiotique de plusieurs semaines : si l’infection cutanée est étendue, une antibiothérapie de plusieurs semaines peut être indispensable.

• Suppression des puces : sur l’animal et dans l’environnement.



2 vues0 commentaire
bottom of page